Musées du Maine et alentours

l'Écomusée du Perche

 

50 e anniversaire de ce musée

Alexandre hubertLogo word

cliquez sur la photo

 

Ecomusee du perche

50e anniversaire de l’Ecomusée du Perche – Dimanche 1er mai 2022

Table ronde : les fondateurs (14h).

Alexandre Hubert, artisan et artiste, une vie au service du Perche

Par Benoit Hubert, petit-fils d’Alexandre Hubert

Chercheur associé à TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés), CNRS UMR 9016, Le Mans Université, Membre de l’Académie du Maine.

Ecomusee entretien

      « C'est moi qui vous remercie d'avoir accepté cette invitation ! A chaque fois que j'ai entendu parler de votre grand-père, c'était toujours dans des termes élogieux et admiratifs.

        Il a marqué les esprits par sa gentillesse, son ingéniosité et par son esprit d'équipe » (Florence Chaligné-Lepareur, directrice de l’Ecomusée du Perche, 7.05.2022).

 

          Né en 1910 à St Aignan sur Erre, Alexandre Hubert fut principalement élevé par son oncle maternel, l’abbé Beaufils, curé de Lignerolles. Celui-ci lui inculqua les éléments d’une religion aimable et une foi profonde, de solides notions de latin, le goût du savoir et l’amour du patrimoine. Il apprit auprès de son père le métier de charpentier à l’âge de 15 ans. Il compléta cet apprentissage avec la maçonnerie et la taille de la pierre. Il apprit l’habileté, la patience, le respect du savoir-faire à l’ancienne et l’amour du travail bien fait.

          Fort de cette solide formation, après avoir ouvert des livres d’art, après avoir visité les charpentes de l’abbaye de la Trappe dont les portes s’étaient ouvertes grâce à l’entregent de son oncle curé, il entreprit la réalisation d’une cathédrale imaginaire, fortement inspirée de celles de Chartres et du Mans. Il était alors âgé de 19 ans. Un véritable travail de compagnon du tour de France ; une authentique prouesse qu’il ne vécut pas comme une gloire mais qui le poussa plutôt à l’humilité, « marque de la modestie de l’âme, le contrepoison de l’orgueil » (Voltaire) :

 

- « Quand je pense que j’ai commencé par une cathédrale- il fallait être un brin gonflé. Je ne disposais d’aucun plan. Une erreur de jeunesse » disait-il. 

- « Je dois vous avouer que j’attache peu d’importance à l’exposition de mes maquettes. Je les ai réalisés d’abord pour me faire plaisir et non pour les exploiter ou en tirer le moindre profit ». Ou encore « Vous savez, il faut être un peu cinglé pour entreprendre ce genre de travail ».

 

          A partir des années 1970, après de nombreuses restaurations dans le cadre professionnel, de fermes, de manoirs, d’églises et de châteaux, il rejoignit ce groupe de pionniers, des amis du Perche, dirigés par Georges Massiot, Armand Gouyon et Philippe Siguret.  La grande aventure du musée des arts et traditions populaires du Perche commençait.

          Il donna toute sa mesure en faveur de ce projet à Sainte Gauburge, aujourd’hui Ecomusée du Perche. Il y passa de longues journées dans l’inconfort et parfois le froid à restaurer l’église qui nous accueille aujourd’hui pour la rendre décente, capable de recevoir des expositions ; pour ces occasions il fabriquait aussi des tribunes et des décors. Philippe Siguret témoigne : «  Il savait faire tant de choses, il avait tant appris auprès des anciens que demander à M. Hubert était la meilleure garantie avant que d’entreprendre quelque chose, quel expert ! Il était la mémoire d’un pays » (Eloge funèbre, 1989).

          De ses nombreuses restaurations, le manoir de l’Angenardière, les églises de Préaux, la crypte de St Germain de la Coudre etc - Il serait trop long de les citer toutes – il se montra précurseur dans la sauvegarde du patrimoine. Son œil savait déceler les faux planchers qui cachaient des statues en terre cuite du XVIe siècle, des sites archéologiques cachés recelant des poteries médiévales, etc. etc. Il généralisa les enduis à la chaux comme on le faisait depuis toujours, à l’époque où on ne voyait que par le béton et où les vieilles pierres n’étaient encore que des « vieilleries ».

          C’était il y a plus de 50 ans, bien avant que les Parisiens ne fassent du Perche un objet de convoitise. Il voulait sauver ce patrimoine car il avait en tête autre chose, maintenir et enrichir l’identité de sa province, l’amour viscéral de son pays – de sa petite patrie- le Perche – de ses vieilles pierres et de son histoire, mais aussi la connaissance de ses hommes et de ses femmes, de leur vie quotidienne, de leur labeur, de leur patois, de leurs coutumes et de leurs croyances. Avec les amis du Perche, ils aimaient le Perche, ils étaient du Perche, ils étaient le Perche.

          Il traduisit chaque restauration en autant de maquettes en pierre. Il évaluait à 35 000 heures de travail la réalisation de toutes ces maquettes. On en a recensé 13, dont celle du prieuré de Sainte Gauburge conservée ici, celle du château Saint Jean conservée sur le site et toutes les autres emballées dans des boites en bois, entreposées dans les réserves de l’écomusée.

A la fin de sa vie, finissant la maquette de Notre Dame de Paris, il fallait bien finir par une cathédrale, il déclara à un journaliste :

« J’aimerai bien qu’elle aille dans un musée, un vrai, mais ce n’est pas moi qui me chargerai du transport, chaque dalle pèse 80 kg et il y en a 5 ».

          Après avoir été retirées de l’admiration du public pendant 37 ans, un projet est né au sein du Foyer Theillois, à l’initiative de notre regretté Bruno Jousselin, historien du Perche, celui de «  La Maison des Patrimoines du Perche ». Nous devons remercier le Conseil départemental de l’Orne qui a autorisé un dépôt de ces œuvres sur le nouveau site et Mme Lepareur-Chaligné, conservatrice de l’écomusée, pour son soutien bienveillant et ses conseils précieux. Les nouvelles générations, y compris celle des arrière-petits enfants d’Alexandre Hubert qui n’ont encore jamais vu les œuvres de leur aïeul, pourront ainsi retrouver l’âme du Perche et conserver un peu de la sage philosophie de vie d’Alexandre Hubert qui concluait un entretien avec un journaliste, peu de temps avant de nous quitter en mai 1989, en affirmant que : « Quand on fait ça, on existe ».

 

 

 

Alexandre hubert au travail

Batisseurs de cathedrale

Il sculpte

Hubert devant son chateau st jean

Alexandre hubert a la realisation de notre dame

Mr hubert macon a preaux

Musée de la musique mécanique à Dollon 72

 

Ceci n'est qu'un petit aperçu de la gigantesque et magnifique collection

 

Musée de la faïence de Malicorne

Les Musées du Mans

Le Musée des 24 Heures

Le Musée de Laval

Les Grottes de Saulges

Les Musées en Mayenne

Les Musées de la Sarthe

Manoir de la Cour

 

Manoir de la courCliquez sur la photo

 

Ajouter un commentaire